27.1 C
Ouagadougou
lundi 22 juillet 2024

Tel - WhatsApp : +226 76 70 84 51

spot_img
spot_img
spot_img

Futur abattoir de Pouytenga : « Le maire a fait un faux compte-rendu pour choisir le site de Nimpogho », Léopold Sawadogo, porte-parole des bouchers 

Publié le

L’association « Gam–Taaba », une association des bouchers de la commune de Pouytenga, dénonce les manigances du maire de ladite commune pour implanter le futur abattoir moderne sur un site non consensuel. A l’occasion d’une conférence de presse animée ce mardi 21 septembre 2021, à Ouagadougou, l’association a accusé le maire d’avoir usé de faux pour pouvoir démarrer les travaux de construction dudit abattoir.

Présenté en 2014, le projet de construction du  futur abattoir moderne avec bio-digesteur de la commune de Pouytenga peine à se réaliser. La faute à un désaccord entre le maire et l’association « Gam – Taaba » réunissant les bouchers de la commune. Un désaccord lié au choix du site retenu de façon unilatérale par le maire, selon les membres de l’association. En effet, ceux-ci rejettent le choix du site de Nimpogho désigné pour abriter l’abattoir au détriment de celui de Zooré. Léopold Sawadogo, commerçant et porte-parole des bouchers à l’occasion de la conférence de presse, justifie ce refus : « Le site de Zooré, situé sur l’axe Pouytenga – Boulsa, est  distant de 5 km du marché à bétail. En plus, la voie est bitumée. Par contre, le site de Nimpogho est situé à 12 km du marché à bétail, dans une zone difficilement accessible ».

Pour mieux comprendre les raisons du refus des bouchers, Léopold Sawadogo  a bien voulu faire la genèse de l’affaire. Selon lui, tout a commencé en 2014 lorsque le projet de construction du futur abattoir de Pouytenga a été présenté aux acteurs de la filière viande. Suite à des difficultés relatives au choix du site devant abriter l’infrastructure, il a été décidé ce qui suit : mandater le ministère des Ressources animales pour désigner l’un des deux sites proposés (Zooré et Nimpogho) pour abriter l’abattoir. Suite à une étude menée, toujours selon le récit du porte-parole des bouchers, les techniciens du ministère ont retenu le site de Zooré comme étant favorable à la construction de l’infrastructure. Et selon la convention, a-t-il fait savoir, les deux parties devaient se conformer aux résultats de cette étude pour le choix définitif du site. Dès lors,  à en croire Léopold Sawadogo, il revenait au gouverneur du Centre-est de restituer les résultats de l’étude. Toute chose qui, dit-il, devait définitivement clore le débat sur le choix du site.

                       Les bouchers de Pouytenga rejettent le choix du site retenu pour la construction du futur abattoir

Cependant, contre toute attente, foi des conférenciers, le maire a débuté les travaux de construction sur le site de Nimpogho malgré les résultats de l’étude menée par le ministère en charge des Ressources animales. Face à cette situation, les bouchers accusent le maire d’avoir usé de faux pour convaincre les autorités de l’opportunité de construire l’abattoir sur le site de Nimpogho. « Le maire a fait un faux compte-rendu et une liste imaginaire de bouchers pour choisir le site de Nimpogho. Le maire a choisi ce site pour ses intérêts personnels. Il possède un domaine de 5 hectares, et si l’abattoir est construit à Nimpogho, ses 5 hectares vont prendre de la valeur », a dénoncé le porte-parole des bouchers. « En plus, le terrain sur lequel se mènent les travaux appartient aux propriétaires terriens », a-t-il poursuivi. Sur ce point, les bouchers disent avoir saisi la section MBDHP du Kourrittenga.

Quel sort sera-t-il donc réservé au futur abattoir si le maire s’entête à finaliser le projet sur le site querellé ? Les bouchers seraient-ils contraints d’y mener leurs opérations ? Autant de questions que les bouchers ont balayées du revers de la main. Pour eux, il n’est pas question que le projet aille à son terme vu la multiplicité des problèmes. Du reste, ils sont convaincus que le maire reviendra sur sa décision. « Lorsqu’il reviendra au choix du meilleur site, c’est lui seul qui endossera les frais des travaux réalisés sur le site de Nimpogho qui appartient aux propriétaires terriens », a prévenu Léopold Sawadogo. Pour mettre fin à ce qu’ils qualifient de « forfaiture », les bouchers appellent les autorités à se pencher sur le problème de construction du futur abattoir de Pouytenga.

Par Shady COULIBALY (www.burkinanews.info)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Publicité

spot_img

DERNIERS ARTICLES