Recrutement à la CNSS : vers une nouvelle crise

Le Syndicat National Autonome des Travailleurs de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (SNATSS-B) dénonce une procédure de recrutement interne contestable en cours depuis le 25 juillet 2023. Cette préoccupation a été exprimée lors d’une conférence de presse tenue le jeudi 24 juillet 2023 à Ouagadougou.

L’affaire du recrutement à la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS) continue de susciter un climat de suspicion dans les couloirs de l’institution. Après l’incident impliquant les 84 agents en 2018, une nouvelle affaire liée au recrutement de deux agents alimente les discussions au sein de la structure.

Selon le Syndicat national autonome des travailleurs de la Caisse nationale de sécurité sociale (SNATSS-B), par Décision n°23-1104/DG/SG/DRH du 25 juillet 2023, la Direction générale lançait un test interne de recrutement de deux (2) agents à former à l’emploi d’assistants en sécurité sociale au Centre Régional Africain d’Administration du Travail (CRADAT) au Cameroun. Selon cette décision, seuls les contrôleurs de sécurité sociale, les contrôleurs du recouvrement et les techniciens niveau III, ayant une ancienneté de 5 ans, qui sont à cinq (5) ans ou plus de la retraite et titulaires d’un BAC + 2 peuvent prendre part à ce test.

Le SNATSS-B  estime que cela constitue une « violation flagrante » des dispositions de l’article 6 des Statuts du personnel de la CNSS du Burkina Faso de 2015, en ce sens que l’alinéa 2 de cet article dispose que « les candidats au recrutement par voie de test interne doivent être à cinq (5) ans ou plus de la retraite et justifier d’au moins trois (3) ans d’ancienneté dans leur emploi ».

« Cette décision relative au test interne de recrutement d’agents ci-dessus citée a créé un mécontentement général du personnel et cela a été signifié à la Direction générale, aux rencontres respectives du 26 juillet 2023 et du 14 août 2023 par des délégués du personnel », a laissé entendre le SG du SNATSS-B, Oumarou Ouédraogo.

Cependant dans la dynamique de trouver une issue favorable à la situation, à la date du 03 août 2023, sur demande du personnel, une assemblée générale a été organisée par des délégués du personnel au cours de laquelle, selon le SG du SNATSS-B,  le personnel a manifesté ouvertement sa désapprobation par rapport au caractère restrictif de cette décision marquée par des critères d’exclusion de la candidature d’une grande partie des agents et ce, malgré les préjudices subis depuis 2018 à cause de l’absence d’organisation de tests internes liée au contentieux judiciaire relatif au recrutement des 84 agents.

Ouamarou Ouédraogo a expliqué qu’à l’issue de cette assemblée générale, une correspondance en date du 08 août 2023 avec pour objet l’annulation de ce test comme forte recommandation du personnel a encore été portée à la connaissance de la Direction Générale.

En dépit de ces multiples protestations, les animateurs de la rencontre ont confié que la direction des ressources humaines (DRH) a publié une note de service n°2023/312/DG/SG/DRH du 30 Août 2023 autorisant des candidats à prendre part à ce test interne et prévoit à travers sa note de service n°2023/343/DG/SG/DRH/SFPS du 12 septembre 2023, administrer les épreuves à l’ENAM le samedi 16 septembre 2023.

Cependant, au regard de ce qui prévaut, le SNATSS-B dénonce « cette tentative de passage en force en violation des textes internes de l’institution par la Direction Générale et la tient pour responsable de la rupture du dialogue social ».

En outre, le SNATSS-B a exprimé sa non-opposition à la tenue du test si la direction insiste pour l’organiser. Toutefois, il prévoit de saisir les juridictions compétentes afin de faire respecter ses droits.

Par Ibrahima Kaliloulah (Le Quotidien)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*