Projet « Giving for change » dans le Sahel : Dori a accueilli le lancement officiel

Présidée par le haut-commissaire de la province du Séno, Maurice Konaté, représentant le gouverneur de la région du Sahel, le lancement officiel du projet « Giving for change » a eu lieu le samedi 4 décembre 2021, dans la salle polyvalente de Dori. Celle-ci avait comme parrain, Alkhassoum Maïga, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation, représenté par Ibrahim Maïga.

« Giving for change », est un projet novateur qui se veut, « une forme et une force pour un développement uniquement piloté localement qui renforce la capacité et la voix de la communauté dans la revendication, l’opérationnalisation et l’expansion des droits de l’homme, renforce la compréhension et la confiance, nourrit la solidarité et, plus important encore, exploite et s’appuie sur les ressources locales qui sont regroupées pour bâtir et maintenir une communauté forte ». C’est ce qui ressort en substance de la présentation du projet lors de son lancement officiel le 4 décembre dernier à Dori. Et l’objectif est de renforcer la liberté d’expression en amplifiant les voix des communautés revendiquant leurs droits envers les détenteurs du pouvoir.

                                         Les autorités lors du lancement officiel du projet « Giving for change »

D’un coût de plus d’un milliard de FCFA pour une période de cinq ans et sur un financement du ministère néerlandais des Affaires étrangères comme l’une des vingt alliances partenaires dans le cadre du programme « Power of voices », le projet « Giving for change » va être mis en œuvre dans six régions du Burkina. Il s’agit des régions de la Boucle du Mouhoun, du Centre-Est, du Centre-Nord, de l’Est, du Nord et du Sahel et va se lancer dans le renforcement des capacités des structures associatives de base avec comme public cible, les jeunes et les femmes.

Dans la région du Sahel où le projet a été lancé, l’Association Dagnal Roobè (ADR) et l’Association Beno OSegui (ABOS) se sont mises ensemble sous la supervision de l’Association burkinabè de Fund Raising. Il faut relever que c’est un projet né suite à la confiance acquise après la mise en œuvre d’un projet antérieur qui avait travaillé avec 41 organisations à base communautaire sur une période de quatre ans.

                                     Les populations du Sahel s’engagent pour le changement 

Tout en saluant la naissance de ce projet, le président de l’ADR et leader des associations pour le Sahel, Hassane Idarè Cissé dit Fadoul a fait savoir que c’est « un projet venu pour nous ». Ibrahim Maïga a traduit la disponibilité du parrain, le Pr Alkhassoum Maïga, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, à accompagner de telles initiatives. C’est dans le même sens qu’est intervenu le haut-commissaire du Séno, Maurice Konaté, représentant le gouverneur de la région du Sahel, pour ce projet novateur qui entend engranger des résultats en milieu rural et lutter contre la pauvreté.

Par Charles FELIX (www.burkinanews.info)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*