Modernisation de l’agriculture burkinabè : Le Gouvernement remet 500 tracteurs aux producteurs

Le Premier ministre, Albert Ouédraogo, a présidé ce samedi 07 mai 2022 à Bobo-Dioulasso, la cérémonie de remise d’équipements agricoles aux producteurs burkinabè. Au total, 500 tracteurs, ainsi que leurs accessoires, ont été octroyés aux paysans, dans le but de moderniser notre agriculture et accroître les rendements.

Logofourousso, village situé à une dizaine de kilomètres de Bobo-Dioulasso, sur l’axe Bobo-Orodara, était en fête ce samedi 07 mai 2022. En effet, c’est cette localité qui abrite l’usine de montage d’équipements agricoles, « Tropic Agro Chem », que le Gouvernement a choisi pour doter les producteurs de notre pays d’équipements agricoles modernes.

« Ce matin, le Gouvernement met à la disposition du monde agricole, 500 tracteurs et accessoires à prix subventionnés. Le choix de moderniser et de rendre compétitive notre agriculture vise à assurer une sécurité alimentaire durable aux populations et à créer à leur profit, des revenus substantiels », a déclaré le Premier ministre, dans son discours de remise officielle des tracteurs.

Ce sont au total 500 tracteurs qui ont été remis aux producteurs burkinabè

Plus que jamais donc, il nous faut sortir rapidement de l’ère de la houe et de la daba. Il nous faut dépasser progressivement la traction animale et parvenir à une mécanisation globale de l’agriculture. Il a salué la forte mobilisation des producteurs, « symbole de leur engagement à s’investir pleinement dans les travaux agricoles, afin d’impulser un développement durable de notre pays ».

« Votre adhésion me réconforte et me rassure que la transition que nous conduisons, sous le leadership éclairé de Son Excellence Monsieur Paul-Henri Sandaogo Damiba, Président du Faso, va marquer un nouveau départ pour notre nation, afin de renforcer les bases productives de notre pays et le hisser sur les chemins d’une croissance soutenue », s’est réjoui Albert Ouédraogo. Pour gagner ce pari, estime le Premier ministre, tous les producteurs doivent s’impliquer dans la bataille contre le terrorisme.

Selon lui, sans sécurité, il n’y a pas de production dit-il, avant de rendre un vibrant hommage aux producteurs pour le travail abattu dans la construction de notre pays. Il a aussi exprimé la reconnaissance du Gouvernement et du peuple burkinabè, à tous les partenaires techniques et financiers du Burkina Faso qui œuvrent inlassablement à l’atteinte des objectifs de la politique agricole de notre pays.

Les tracteurs et les accessoires sont remis aux producteurs qui respectent un certain nombre de critères

Enfin, le Premier ministre a invité les producteurs, bénéficiaires des tracteurs, à en prendre grandement soin pour les passer à d’autres générations. Le moment fort de la cérémonie a consisté pour le chef du Gouvernement, à mettre en marche un des 500 tracteurs, avant de remettre les clés de la machine au président de l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPC-B), Kambi Nikiébo.

Tour à tour, le représentant de la chefferie coutumière de Bobo-Dioulasso, le gouverneur de la région des Hauts-Bassins, le colonel Moussa Diallo et le président de la Chambre nationale d’Agriculture (CNA), Moussa Koné, ont salué la volonté des autorités de la Transition, d’accélérer le processus de mécanisation de notre agriculture, à l’orée de la saison des pluies et au moment où sévit dans notre pays, une crise sécuritaire et humanitaire sans précédent. Le ministre en charge de l’Agriculture, Innocent Kiba, a révélé pour sa part, que le Gouvernement n’investit pas seulement dans la subvention des tracteurs. Il investit dans toute la chaine, à savoir le service après-vente et le renforcement des capacités des acteurs, pour une utilisation efficace des machines.

Pour être propriétaire d’un tracteur, il faut d’abord, selon le ministre de l’Agriculture, être un producteur. Il faut ensuite disposer de la contrepartie de la subvention, qui représente 50% du coût du tracteur. Innocent Kiba a indiqué que pour les 500 tracteurs, l’Etat a contribué à travers une subvention d’environ 4,5 milliards de F CFA.

DCRP/Primature

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*