29.1 C
Ouagadougou
lundi 24 juin 2024

Tel - WhatsApp : +226 76 70 84 51

spot_img
spot_img
spot_img

Ministère du Commerce : Le Syndicat dénonce le clientélisme et le populisme du ministre Harouna Kaboré

Publié le

Le Syndicat national des agents du ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (SYNAMICA) a dénoncé les pratiques de la gestion du ministre Harouna Kaboré. C’était lors d’une conférence de presse, ce lundi 19 juillet 2021 à la Bourse du Travail à Ouagadougou.

Face aux hommes de médias les membres du Syndicat national des agents du ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (SYNAMICA) s’est indigné des réformes jugées « hasardeuses » engagées par les autorités du département. Ils ont manifesté leur désagrément sur la qualité de gestion des compétences tout en dénonçant la croissance économique en dégringolade de 2,5% enregistrée pour l’année 2020.

En effet, après avoir privilégié le dialogue sans gain de cause, l’organisation syndicale est montée à l’offensive. La structure reproche au ministre Harouna Kaboré son  « clientélisme », pour le fait qu’il « privilégie la promotion de ses amis du privé » au détriment des cadres du ministère qui ont été formés pour prendre en charge les questions liées à la régulation du ministère.

Par ailleurs, le SYNAMICA a laissé entendre que les premiers responsables faisaient de la gabegie. Selon Nifabèlé Arthime Kambiré, secrétaire général du SYNAMICA, le ministre fait rarement trois jours dans son bureau  et « s’adonne aux ballades pour dire qu’il est en œuvre pour les activités du gouvernement ».

                                 Nifabèlé Arthime Kambiré, secrétaire général du SYNAMICA

Ils ont également évoqué la question du populisme dont fait preuve Harouna Kaboré puisque que les activités du ministère, de leur point de vue, ont pris une connotation publicitaire dans les médias et sur les réseaux sociaux. Toute chose qui contraste avec la réalité visant à tromper l’opinion. Il indique que ces informations sont souvent assortis  de données inexactes. Et de « l’arrogance » du fait qu’ils estiment que le ministre a peu de considération à l’égard de certains de ces collaborateurs.

121 postes de responsabilité restés vacants

Ils ont indiqué que les autorités ne font rien pour remédier aux problèmes  de délaissement des  121 postes de responsabilité restés vacants et d’une dizaine d’autres non pourvus dans les représentations diplomatiques du Burkina Faso à l’étranger comme Bruxelles, Accra et bien d’autres.

Selon le secrétaire général du syndicat, il y a une gestion  chaotique du carburant au sein du ministère. Grâce à un arrêté élaboré en 2019,  sont octroyées des proportions « outrageantes » en dotation trimestrielle du carburant du ministère en ignorant les chefs de services. « Au titre de l’année 2020 chacun des 12 bureaux régionaux de contrôle n’ont reçu que 50 000 FCFA comme dotation annuel de carburant soit 4 100 FCFA pour le mois ce qui ne permet pas de mener à bien les activités », peste-t-il.

Sur le plan du contrôle des prix des produits de grande consommation, il est ressorti clairement les agents contrôleurs assermentés détiennent toujours des commissions estampillées de la direction générale du contrôles économique et de la répression des fraudes alors que cette structure est supprimée depuis 2018.  Et « le pire » est que certains agents ont changé de catégorie à travers les concours mais continuent d’exercer le contrôle avec leur ancienne commission.

Un manque criard de matériel et de mobilier de bureau a été souligné de la part des conférenciers du jour. Le SYNAMICA  se dit donc prêt à se battre pour que le ministère assume ses fonctions au profit des populations, pour la défense des droits et des intérêts des travailleurs.

Par Youmanli Joël THIOMBIANO (www.burkinanews.info)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Publicité

spot_img

DERNIERS ARTICLES