Accusation de fraude par Zeph : Un non-sens selon Roch Marc Kaboré

Pour son meeting de clôture, ce vendredi 20 novembre 2020, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) et ses alliés sont fait le plein du stade du 4-Août de Ouagadougou. Au cours de ce meeting, les joutes verbales se sont multipliées. Le représentant de l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP), le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le candidat Roch Marc Christian Kaboré ont fait le show devant des militants convaincu de leur victoire au soir du 22 novembre.

Tout comme au stade Aboubacar Sangoulé Lamizana de Bobo lors du meeting d’ouverture, le candidat Roch Marc Christian Kaboré prêché devant un stade du 4-Août plein comme un œuf. Ainsi, en ce dernier jour de campagne, les piques et les attaques n’ont pas manqué. Aussi face à un stade acquis à sa cause, le président-candidat a présenté les grandes lignes de son programme. Situation oblige, Roch Marc Kaboré a mis un point d’honneur sur la sécurité comme l’ont d’ailleurs fait la plupart des candidats à cette élection. « Nous voulons regarder vers l’avenir pour construire un Burkina de sécurité, pour permettre aux nombreux déplacés de regagner leurs terres, pour faire qu’il y ait une meilleure santé, une école performante… », a laissé entendre l’ancien président de l’Assemblée nationale.

Pas de négociation avec les terroristes !

Sur cette question cruciale, il a ironisé sur la volonté de ses adversaires à vouloir négocier avec les terroristes : « Certains disent que s’ils arrivent au pouvoir, ils vont négocier avec les terroristes. Si vous ne les connaissez pas, comment allez-vous négocier avec eux ? Cela montre à souhait que c’est en réalité ces personnes qui veulent détruire notre pays ». Concernant l’autre grand chantier de son programme, à savoir la réconciliation nationale, Roch Marc Kaboré confie : « La réconciliation nationale ne consiste pas simplement à faire rentrer 20 personnes qui eux-mêmes ont décidé de quitter le Burkina Faso. La réconciliation nationale, c’est plus de 5 000 dossiers de Burkinabè qui ont été frustrés, traumatisés ; des crimes de sang… »

                              Le stade du 4-Août était plein comme un oeuf pour ce meeting de clôture

Toutefois, à en croire le candidat de l’APMP, la réconciliation ne se fera pas à n’importe quel prix. « Je dis et je répète, tout le monde peut rentrer au Burkina Faso. Nous sommes une terre de démocratie. Mais, il y a un mais. Si tu as des problèmes avec la justice tu devras répondre d’abord ».

Réponse à Zeph

Lors d’un meeting dans le grand ouest, le candidat de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) dénonçait une vaste opération de fraudes en préparation. Il accusait même le candidat Kaboré et ses partisans d’en être à la base. En guise de réponse, Roch Marc Kaboré a lâché : « Depuis plus d’un an, nous avons engagé des concertations entre les partis de la majorité et de l’opposition pour que nous ayons des élections transparentes et propres pour que le Burkina Faso, malgré les difficultés, donne l’exemple d’une démocratie qui avance. Je voudrais noter la grande surprise que j’ai d’entendre certains dire qu’ils sentent des odeurs de fraude. Je me demande s’ils n’ont pas la maladie dont on parle ».

Et de se poser à la question à savoir comment on peut anticiper sur des fraudes. « Ces gens sont tellement troublés qu’ils ne savent plus comment se passent les élections. Ils accusent le MPP de préparer des bulletins dans des imprimeries pour pouvoir gagner les élections. Si ce n’est pas quelqu’un qui n’a pas de bon sens. La CENI organise les élections et tous les bulletins de la CENI sont paraphés. Comment peut-on aller fabriquer des bulletins pour venir mettre dans les urnes pour avoir des bulletins nuls. Cela n’a aucun sens », ironise -t-il.

Durant le meeting, les différents intervenants ont promis une victoire dès le premier tour à leur champion. Que ce soit, le porte-parole de l’APMP, Daouda Simboro, ou encore le président du Mouvement démocratique (MODEM), Nathanaël Ouédraogo, démissionnaire de l’UPC, tous ont assuré que le président sortant sera réélu haut les mains. Le verdict quant à lui sera connu dans 48 heures ou plus.

Par Brigitte SANOU (www.burkinanews.info)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*