Incident à la mine de Perkoa : Les responsables de la mine interdits de quitter le pays, selon le Premier ministre.

Une délégation gouvernementale, conduite par le Premier ministre Albert Ouédraogo, s‘est rendue ce 1er mai 2022 à Perkoa (province du Sanguié), afin de constater le niveau d’avancement des opérations de sauvetage des huit mineurs piégés dans la galerie, depuis maintenant près de deux semaines. A l’issue de la visite des installations et des entretiens avec les responsables de la mine, les représentants des travailleurs et les familles des victimes, le chef du Gouvernement a annoncé qu’une enquête judiciaire a été déclenchée. Des mesures conservatoires ont également été prises pour empêcher les premiers responsables de la mine, de quitter le territoire national.

Ce dimanche 1er mai n’a pas été de tout repos pour le Premier ministre, Albert Ouédraogo. Après une rencontre à l’immeuble de la Fonction publique où il a rencontré les organisations syndicales, à l’occasion de la commémoration de la fête du travail, le chef du Gouvernement, Albert Ouédraogo, accompagné du ministre de la Fonction Publique, du Travail et de la Protection Sociale, Bassolma BAZIE et du ministre des Mines et des Carrières, Jean Alphonse SOME, s’est rendu à Perkoa, où huit (mineurs sont pris au piège, dans une galerie, suite à une inondation et à plusieurs centaines de mètres de profondeur.

Le gouvernement très préoccupé par cette situation, multiplie la pression sur les responsables, pour accélérer les travaux de sauvetage, en effectuant cette seconde visite, après celle du 23 avril dernier. Malheureusement, les opérations sont restées jusque-là infructueuses. Cette visite du Premier ministre, Albert OUEDRAOGO ce 1er mai journée internationale du travail, a été ponctuée par plusieurs rencontres. Rencontre avec les responsables de la mine, avec les représentants des travailleurs, mais aussi et surtout avec les membres des familles des victimes.

Le chef du Gouvernement et sa délégation ont pu à l’occasion, visiter les différentes installations de la mine. Cette visite visait à comprendre comment cet incident est intervenu et comment les responsables, les sapeurs-pompiers et les autres équipes œuvrent, afin de retrouver les disparus. De l’entretien avec les familles, il ressort que celles-ci ont souhaité que le gouvernement mette davantage des moyens, afin de retrouver les leurs. Ils ont aussi déploré le système d’information de la mine qui ne leur permet pas d’avoir des informations sur les opérations de sauvetage et la situation, au jour le jour.

Les membres du gouvernement ont eu un langage franc avec les parents des mineurs. Ils les ont rassurés que ceux qui sont dans la galerie sont des Burkinabè et le gouvernement gère cette crise avec toute la rigueur qu’il faut. Pour le Premier ministre, Albert Ouédraogo il y a eu des tâtonnements dès les premiers moments de l’incident et il n’y a pas eu non plus un dispositif de sécurité sérieux, après avoir écouté les représentants des travailleurs et les responsables de la mine. « Ce qui s’est passé est le résultat d’une certaine irresponsabilité des responsables de la mine, parce qu’il y a eu un certain nombre d’actions qui ont été entreprises quelques jours avant l’incident, notamment des dynamitages sur la mine à ciel ouvert, qui ont fragilisé la galerie et favorisé cette inondation », a déclaré, sur un ton grave, le chef du Gouvernement, avant de souligner que cette information reste à être confirmée par les résultats de l’enquête ouverte.

Néanmoins, selon Albert Ouédraogo, « ce qui s’est passé à Perkoa pose la problématique de la sécurité au travail et sur bien d’autres sites et ça interpelle le gouvernement quant aux mesures à prendre pour renforcer le contrôle de la sécurité au travail et la prévention des risques professionnels ». Le Premier ministre a aussi indiqué qu’une enquête judiciaire a été déclenchée et que des mesures conservatoires ont été prises, pour empêcher les premiers responsables de la mine, de quitter le pays et des instructions ont été données fermement au ministre de la sécurité pour cela. Par ailleurs, le Premier ministre a exprimé la compassion et les encouragements du Chef de l’État, Son Excellence le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo DAMIBA aux familles des victimes.

Au terme de cette visite, le chef du Gouvernement a dit ne pas être rassuré quant à la possibilité de les retrouver vivants. Il s’est dit encore plus inquiet de la situation de ces travailleurs, même si l’espoir reste permis.

DCRP/Primature

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*