Incarcération de Jacob Zuma : Plus de 70 morts dans des violences et manifestations

Depuis le 7 juillet dernier, des manifestations et autres scènes de pillages ont cours dans plusieurs villes d’Afrique du Sud. Ces violences font suite à l’incarcération de l’ex-président Jacob Zuma pour outrage à la justice. On enregistre plus de 70 morts.

Plus de 70 morts. C’est le bilan provisoire enregistré depuis l’incarcération du président Jacob Zuma, le 7 juillet dernier. En effet, cela a suscité, dans sa région natale, le Kwazulu-Natal (KZN), dans l’est du pays de l’Afrique du Sud, manifestations, violences et pillages qui se sont étendus à plusieurs grandes villes dont la capitale Johannesbourg.

Selon certaines sources proches du gouvernement, bon nombre des décès est intervenu dans les bousculades qui ont lieu lors des pillages de commerce. 27 personnes ont perdu la vie dans le KZN et 47 morts dans la région de Johannesbourg.

Les scènes de pillages mettent au jour l’inégalité exagérée entre les masses pauvres dans les faubourgs et ghetto et la poignée de riches qui vivent à quelques jets de pierre d’eux. La majeure partie des pilleurs sont à la recherche de nourriture ou de tout autre objet à même d’être revendu pour quelques pièces. « Je ne me sens pas vraiment concerné par Zuma, c’est un vieil homme corrompu qui mérite d’être en prison. Je prenais des choses dans le magasin pour ma mère », a déclaré à l’AFP Tibello, jeune chômeur âgé de 30 ans.

En effet, la pandémie de Covid-19 a exacerbé la question du chômage établie à 32,6 %, un record. Et le désespoir ont donc conduit à un ras-le-bol généralisé qui nourrit les protestations.  Et c’est ce qui explique la persistance des manifestations en dépit de la mobilisation de l’armée et de la police. Pour rappel, c’est la pire crise sud-africaine depuis la fin de l’apartheid.

Par Wendkuni Anselme SAWADOGO (www.burkinanews.info)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*