Problèmes dans la Gestion du fret au Burkina : le HCT-BF charge le CBC et la FUTRB

Le Haut conseil des transporteurs du Burkina Faso (HCT-BF) était face à la presse ce mardi 12 janvier 2021 à Ouagadougou. Les échanges ont porté sur la gestion du fret par le Conseil burkinabè des chargeurs (CBC). Les conférenciers dénoncent des dysfonctionnements notamment des blocages de livraison de bon de chargement.

Décidément ! On est bien loin de la fin de la crise dans le milieu du transport de marchandises. Alors qu’on croyait la page définitivement tournée, voilà que l’affaire du fret refait surface. En effet, le Haut conseil des transporteurs du Burkina Faso (HCT-BF) a évoqué la question ce mardi 12 janvier au cours d’une conférence de presse. Ainsi, cette structure laisse entendre des difficultés dans l’application de l’arrêté portant modalité de gestion et de contrôle du fret en provenance et à destination du Burkina Faso. Adama Ouédraogo, président du HCT-BF, a relevé les difficultés rencontrées par les transporteurs en général et les membres de son organisation en particulier. « Nous assistons à une manipulation par le Conseil burkinabè des chargeurs et certaines organisations syndicales notamment la Faîtière unique des transporteurs routiers du Burkina (FUTRB) qui créent de nombreuses difficultés », dénonce Alassane Barro, secrétaire général national du HCT-BF.

Des dommages financiers colossaux

A l’en croire cette situation entraine des dommages financiers énormes au niveau des acteurs du transport. Aussi le secrétaire général national du HCT-BF charge-t-il le Conseil burkinabè des chargeurs. Il évoque notamment des blocages ans la livraison de bons de chargement, l’orientation systématique par le CBC de tout demandeur de bon de chargement vers une la FUTRB. Par ailleurs, Alassane Barro dénonce le non-respect de l’article 11 de l’arrêté ministériel qui stipule : « Le bon de chargement est délivré par le CBC sans aucun intermédiaire ». En conséquence, la révolte des chargeurs pour le non-respect de l’article 11 qui a motivé des chargements sans l’obtention du bon, l’application à la hâte sans aucune information des pays concernés du contenu de l’arrêté et le blocage des camions à la frontière du Togo et du Burkina. « Le blocage du fret à la frontière pendant deux semaines, la détérioration des marchandises durant le stationnement, la création de conflits entre les acteurs du transport burkinabè et togolais, la fermeture des locaux du CBC à plusieurs reprises, la correspondance malveillante des autorités du port du Togo au directeur du CBC et l’interdiction aux véhicules burkinabè d’accéder aux territoires togolais ». Voilà autant de désagréments énumérés par Alassane Barro. A l’en croire, si, la situation ne change pas, cela risquerait d’entraîner des pénuries de denrées alimentaires qui pourront créer une augmentation des prix. Pour y remédier, le HCT-BF a appelé le ministre des Transports à trouver des solutions définitives pour une application judicieuse et efficace de son arrêté.

Par Jonathan Yiyéawou BAZIEMO (www.burkinanews.info)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*