29.1 C
Ouagadougou
lundi 24 juin 2024

Tel - WhatsApp : +226 76 70 84 51

spot_img
spot_img
spot_img

Burkina : l’otage roumain Iulian Ghergut a été libéré

Publié le

Les autorités roumaines ont annoncé mercredi 9 août que leur ressortissant, enlevé au Burkina Faso en 2015 par un groupe jihadiste proche d’Al-Qaeda, n’était plus détenu. C’est une captivité de huit ans qui s’est achevée pour Iulian Ghergut. La Roumanie a annoncé mercredi la libération du plus ancien otage occidental encore détenu au Sahel, enlevé au Burkina Faso en 2015 par un groupe jihadiste rallié à Al-Qaeda. Aujourd’hui âgé de 47 ans, l’homme «est actuellement en sécurité sur le territoire de la Roumanie», où il est rentré aujourd’hui, a indiqué le ministère roumain des Affaires étrangères, qui a salué le Maroc dans un communiqué pour son «soutien important».

Le président roumain, Klaus Iohannis, a félicité sur Twitter (renommé X) «toutes les institutions roumaines impliquées pour leurs efforts continus», et a remercié les «partenaires extérieurs qui ont soutenu» la Roumanie «dans cette entreprise difficile». La mère de Iulian Ghergut, qui a appris la nouvelle par la télévision, s’est déclarée «surprise» auprès de la chaîne roumaine Digi24, décrivant «huit ans sans nouvelles ni aucun espoir de revoir» son fils. «Nous avons pleuré mais tout ce qui compte, c’est d’être heureux qu’il rentre à la maison», a-t-elle ajouté.

Officier de sécurité d’une mine de manganèse dans le nord du Burkina Faso, près des frontières du Mali et du Niger, Iulian Ghergut avait été enlevé le 4 avril 2015 par cinq hommes armés du groupe jihadiste Al-Mourabitoune, dont les membres ont ensuite rejoint le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (Jnim, selon son acronyme arabe), lié à Al-Qaeda. Le Jnim s’est rendu responsable de multiples enlèvements d’otages occidentaux dans la région dite des «trois frontières» ces dernières années.

La libération de Iulian Ghergut intervient après celles de plusieurs otages occidentaux ces derniers mois. En mai dernier, le chirurgien australien Kenneth Elliott, 88 ans, a été libéré après sept ans de captivité. Il avait été enlevé au Burkina Faso par un groupe jihadiste lié à Al-Qaeda en janvier 2016 avec son épouse, rapidement relâchée. En mars, le journaliste français Olivier Dubois, correspondant de Libération, du Point et de Jeune Afrique au Mali, a été libéré en même temps que l’humanitaire américain Jeffery Woodke. Olivier Dubois avait été kidnappé par le Jnim le 8 avril 2021 à Gao, dans le nord du Mali, où il s’était rendu pour interviewer le chef jihadiste Abdallah Ag Albakaye.

Plusieurs otages occidentaux sont encore détenus au Sahel, dont le Sud-Africain Gerco Van Deventer. Kidnappé en novembre 2017 au sud de la Libye, il avait été revendu à des jihadistes sévissant au Mali et avait notamment partagé plus d’un an de captivité avec Olivier Dubois. Trois Italiens restent également otages dans la région. Rocco Antonio Langone, Maria Donata Caivano, 64 et 62 ans, et leur fils Giovanni, 43 ans, vivaient dans une communauté religieuse du sud du Mali avant d’être faits prisonniers en mai 2022. Leur enlèvement pourrait à nouveau être le fait du Jnim. Le prêtre allemand Hans-Joachim Lohre, kidnappé à Bamako en novembre dernier, est quant à lui porté disparu. En plus de ces otages occidentaux particulièrement médiatisés, de nombreux citoyens maliens, burkinabè ou nigériens sont toujours détenus par des organisations jihadistes, des milices communautaires ou des groupes armés non identifiés.

Burkinanews.info avec Libération

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Publicité

spot_img

DERNIERS ARTICLES