Afrique : L’OMS approuve l’utilisation du Mosquirix, le tout premier vaccin antipaludique

L’Organisation mondiale de la santé a recommandé le déploiement à grande échelle du tout premier vaccin contre le paludisme, dans un mouvement dont les experts espèrent pouvoir sauver des dizaines de milliers d’enfants chaque année à travers l’Afrique.

Tedros Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, a donné l’information lors d’une conférence de presse mercredi, 6 octobre. La recommandation faisait suite à un programme de vaccination de deux ans impliquant des enfants au Ghana, au Kenya et au Malawi.

« J’ai commencé ma carrière en tant que chercheur sur le paludisme, et j’attendais avec impatience le jour où nous aurions un vaccin efficace contre cette maladie ancienne et terrible. Et aujourd’hui ce jour est arrivé, un jour historique. Aujourd’hui, l’OMS recommande l’utilisation généralisée du  premier vaccin contre le paludisme au monde », a déclaré le Dr Tedros lors d’une conférence de presse à Genève.

S’exprimant sur la recommandation, Ghebreyesus a exprimé son optimisme quant au fait que le vaccin améliorera les efforts de prévention du paludisme en Afrique.

Il a poursuivi: « C’est un moment historique. Le vaccin antipaludique tant attendu pour les enfants est une percée pour la science, la santé des enfants et la lutte contre le paludisme. « L’utilisation de ce vaccin en plus des outils existants pour prévenir le paludisme pourrait sauver des dizaines de milliers de jeunes vies  chaque année.  C’est sûr. Il réduit considérablement le paludisme grave et potentiellement mortel, et nous estimons qu’il est très rentable. »

Le vaccin également connu sous le nom de Mosquirix, a été développé par le géant pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline (GSK) et a été administré à plus de 800 000 enfants au Ghana, au Kenya et au Malawi depuis le début du programme pilote en 2019.

Le vaccin, qui a fait l’objet de longs essais cliniques, a une efficacité limitée, prévenant 39 % des cas de paludisme et 29 % des cas de paludisme grave chez les jeunes enfants en Afrique sur quatre ans d’essais.

Cependant, en août, une étude menée par la London School of Hygiene & Tropical Medicine (LSHTM) a révélé que lorsque les jeunes enfants recevaient à la fois le RTS,S et des médicaments antipaludiques, il y avait une réduction de 70 % des hospitalisations ou des décès.

Source : AfrikMag

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*