Polémique autour du High School Diploma : L’IAM apporte des éclairages

Le président du Conseil d'administration de IAM, Amed Moussa Diallo

Le High School Diploma, un diplôme américain, organisé au sein de l’Institut africain de management (IAM) depuis 2014, est bel et bien authentique et valable. Cette confirmation a été faite lors d’une conférence de presse organisée par les premiers responsables de l’IAM, le jeudi 8 octobre 2020, à Ouagadougou.

L’Institut africain de management (IAM) a réagi à la polémique concernant la non reconnaissance par le ministère en charge de l’Enseignement supérieur et l’ambassade des Etats-unis au Burkina Faso du diplôme américain, le High school diploma (l’équivalent du baccalauréat), organisé en son sein depuis 2014. Ce diplôme est bel et bien valable et authentique, soutiennent les premiers responsables de l’institut. Pour le PCA de l’IAM, Amed Moussa Diallo, son institut est simplement victime d’une certaine manœuvre. Laquelle manœuvre, regrette-t-il, « a pour but de décrédibiliser l’activité de l’IAM dans l’esprit des parents et des étudiants en vue de créer une baisse d’affluence au High school diploma ». Pour rassurer de l’authenticité dudit diplôme, Amed Moussa Diallo a, au cours de la conférence de presse, procédé à un appel vidéo avec deux anciens étudiants de l’IAM qui poursuivent leurs études à l’étranger en vue de recueillir leurs témoignages. Il s’agit de Samad Bonkoungou et de Samira Tiendrébéogo qui ont témoigné avoir réussi à s’inscrire dans des universités canadiennes et américaines avec le High School Diploma.

Plus de 400 diplômés du HSD

Depuis février 2014, a fait savoir le PCA, ce sont 487 élèves qui ont obtenu ce diplôme et qui se sont inscrits dans les plus grandes universités aux Etats-Unis, au Canada, en France, en Belgique, en Allemagne, à Taïwan, en Chine, au Japon et en Afrique. « Le High school diploma est, aux Etats-Unis, un diplôme de fin d’étude du lycée dont l’obtention permet d’accéder aux études supérieures. Il est donc l’équivalent du baccalauréat des pays francophones », explique Amed Moussa Diallo. C’est un diplôme délivré par American School of Leadership (ASL), un établissement d’enseignement privé basé à Orlando, en Floride (USA). Cet établissement, confient les conférenciers, est reconnu par l’Etat de Floride.

                      Le directeur général de IAM, Alioun Benga (micro), et le PCA, Amed Moussa Diallo (milieu)

C’est en 2014 que l’IAM a passé une convention avec ASL en vue d’élargir le public de cet établissement et d’offrir des opportunités à des étudiants vivant à des milliers de kilomètres des Etats-Unis. « L’IAM ne délivre pas de High school diploma. L’IAM n’est qu’un site de composition en ligne. Il n’y a pas de jury à l’IAM pour apprécier les copies des candidats et pour délivrer des notes et des admissions au High school diploma », précise le PCA de l’IAM.

Les examens se passent ainsi en ligne avec ASL aux Etats-Unis, a-t-il poursuivi, et l’IAM s’assure de mettre les équipements d’examen à la disposition des candidats. Donc, a martelé Moussa Amed Diallo, ni l’ambassade des Etats-Unis ni le ministère en charge de l’Enseignement supérieur ne peuvent remettre en cause la validité ou la qualité du diplôme. D’ailleurs, il croit savoir que le problème se situe au niveau du montant pour l’obtention de High School Diploma qui est de  2,5 millions F CFA à l’IAM , 40 fois moins cher que le montant pratiqué par l’Ecole américaine de Ouagadougou.

Allan KERE (www.burkinanews.info)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*