Planification familiale : La mairie de Ouaga distingue ses champions

La mairie de Ouagadougou a récompensé ses six champions dans le domaine de la  planification  familiale et de la santé sexuelle reproductive. C’était lors d’une cérémonie tenue ce mardi 10 août 2021 à Ouagadougou.

La deuxième phase du projet planification familiale connaît ses champions pour la période 2021-2022. Au nombre de six, ces nouveaux champions de la planification familiale sont issus de toutes les couches sociales. Ils sont sélectionnés sur la base de leurs actions  qui plaident en faveur de la  promotion de la planification familiale et de la santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes. De  par leur engagement, ces champions PF ont influencé positivement  les perceptions, attitudes et comportements favorables à la prise de décision dans leurs communautés et contribué à la création d’un environnement propice à l’adoption de la PF/SSRAJ. Les six champions repartent avec des enveloppes d’une valeur de 50 milles francs Cfa et des attestations de reconnaissance.

Pour Armand Béouindé, le maire de la commune de Ouagadougou, grâce à ces acteurs, la commune de Ouagadougou est parvenue à faire accepter le concept de planification familiale  dans les centres de santé. « Dans la ville de Ouaga, parmi les agents municipaux et agents de santé, nous avons trouvé  des personnes qui avaient une volonté de promouvoir  ces valeurs auprès des jeunes et des foyers. Grâce à leurs implications, nous sommes arrivés aujourd’hui à faire accepter ce concept dans les centres de santés », se réjoui-t-il.

Les lauréats voient en cette distinction le signe d’un renouveau et d’une vitalité pour l’essor de la planification familiale dans la métropole du Grand Ouaga. Rasmata Compaoré, la représentante des champions, a indiqué que le groupe nourrit l’espoir que tous les acteurs coutumiers et religieux jouent leur partition dans le but  de faire de l’espace communal un  environnement favorable à la planification familiale. Par sa voix, les nouveaux champions prévoient mieux faire. « Nous mesurons  donc toute la lourde tâche  qui est nôtre pour venir à bout des paradigmes qui freinent l’utilisation des services de planification familiale et de la santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes de notre pays. Nous promettons de faire encore plus pour la cause », promet-elle.

Lamoussa Georgette Nikièma la gestionnaire du programme TCI au Burkina Faso, a insisté sur l’objectif final qui est d’avoir  un environnement politique et social favorable à la planification familiale. « Au niveau  du système de santé, c’est de faire en sorte  que l’offre de service soit améliorée pour que les populations puissent avoir accès à la planification familiale. Il va falloir que le projet puisse avoir des retombées et que l’enveloppe financière de la mairie dans le projet s’accroisse de 25% », a-t-elle laissé entendre.

En rappel, le projet The Challenge Initiative, est un projet pour la promotion de la planification familiale à travers des stratégies efficaces de lutte contre la mortalité maternelle en Afrique de l’ouest francophone.  Il a été initié en 2017 par la commune de Ouagadougou dans le but de  plaider en faveur de la planification familiale.

Par Youmanli Joël THIOMBIANO (www.burkinanews.info)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*