Militaires et policiers radiés chez le CFOP : « Nous attendons que le président du Faso nous rappelle pour appuyer l’armée »

Les représentants des policiers et militaires radiés lors de l'audience avec Eddie Komboïgo

Une délégation  de militaires et policiers radiés de 2011 était chez le chef de file de l’Opposition, mercredi 23 juin 2021. Ces derniers sont venus demander à Eddie Komboïgo d’intercéder auprès du président du Faso pour leur réintégration.

Depuis janvier 2016, le Burkina Faso est en proie à des attaques terroristes qui ont fait des centaines de morts et des dizaines de milliers de déplacés internes. Décidés à apporter leur contribution à la lutte contre le terrorisme, des policiers et militaires radiés suite aux mutineries de 2011 ont rencontré, mercredi 23 juin 2021, le chef de file de l’opposition politique (CFOP).

« Compte tenu de la situation difficile que le pays traverse, nous sommes venus voir le CFOP afin qu’il soit notre porte-parole auprès du président du Faso pour notre réintégration », a expliqué le porte-parole, Oumar Banhoro. A l’en croire, mêmes s’ils ont été radiés de l’armée et de la police, ils demeurent des Burkinabè : « Donc, si le pays brûle, il brûle avec nous. Il faut que les gens comprennent que nous sommes prêts à aider le Burkina. C’est vrai que nous ne sommes pas la solution mais nous pouvons prêter main forte à nos camarades qui sont sur le terrain ».

Près de 1000 FDS dans la rue

Oumar Banhoro confie que près de 1 000 Forces de défense et sécurité  (FDS) sont actuellement dans la rue. Un nombre non négligeable auquel le président du Faso pourrait faire appel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. « Nous sommes près de mille policiers et gendarmes qui sommes dans la rue. C’est un gâchis. Cela ne coûte rien à l’Etat d’utiliser toutes ces personnes. C’est pourquoi nous attendons que le président du Faso tienne compte de la situation nationale et rappelle tous ces éléments pour appuyer l’armée », souhaite-t-il.

                          Les représentants des policiers et militaires radiés lors de l’audience avec Eddie Komboïgo

Pour sa part, Eddie Komboïgo a salué la démarche. « Nous constatons que chaque jour, nous perdons des civils et des militaires. En tant qu’anciens corps habillés ayant une formation, ils ont honte de cette situation, d’autant plus qu’il y a des civils qui ont été enrôlés sous forme de VDP pour aller défendre la patrie. Ils auraient voulu faire partie de ces gens. Ils souhaitent  qu’on les reprenne dans leur corps afin qu’ils puissent prêter main forte à leur confrères pour que la paix revienne au pays. », assure le chef de file de l’opposition.

C’est pourquoi, il a rassuré ses hôtes en promettant de se faire leur porte-parole auprès du président du Faso.

Par Jeanne D’Arc LABELLE (www.burkinanews.info)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*