Me Hermann Yaméogo : « Blaise Compaoré peut nous aider à retrouver la paix grâce à son expérience »

Le regroupement dénommé Rupture positive 3R a officiellement lancé ses activités ce mardi 27 juillet 2021 à Ouagadougou. Ce regroupement de partis politiques et d’associations qui se veut un cadre de réflexions remet en cause le format actuel du dialogue national.

Pays en proie à des  attaques terroristes depuis plusieurs années maintenant,  le Burkina Faso compte plus de 1 300 000 personnes déplacées internes.  A côté de cette grande blessure sécuritaire se trouvent d’autres problèmes comme celui sanitaire,  l’augmentation des prix des différents produits alimentaires et surtout le chômage des jeunes. Pour contribuer à la résolution de ces différentes difficultés, des acteurs politiques burkinabè ont en collaboration avec certaines associations mis en place un groupe dénommé Rupture positive 3R.  Une organisation qui a pour préoccupation majeure le changement de la forme actuelle du dialogue national.

 Me Hermann Yaméogo (milieu) estime que le retour de Blaise Compaoré est important pour le processus de réconciliation

« On ne peut pas parler de dialogue dans ce pays et sélectionner ceux qui iront à ce dialogue. Il faut prendre en compte toutes les couches sociales, impliquer tous les Burkinabè et même les exilés », confie Hermann Yaméogo,  membre fondateur du regroupement.  Pour lui, la rupture positive s’intéresse également à la question de la vision politique. « Il faut que les acteurs politiques burkinabè changent leur façon de voir les choses.  On rentre dans la politique pour servir la cause nationale », poursuit-il.

Le retour de Blaise Compaoré comme pilier de la réconciliation

Pour les membres fondateurs de la Rupture positive 3R, on ne peut pas parler de dialogue national inclusif sans qu’il n’y ait au préalable, la réconciliation. Selon Hermann Yaméogo,  pour qu’il y ait la réconciliation,  il faut faire venir l’ancien président Blaise Compaoré. «Lorsque dans un pays, il y a un danger ou une crise et s’il y a des gens qui peuvent nous aider à repousser ce danger pour la cause nationale, on doit les faire venir. Aujourd’hui,  il peut nous aider à retrouver la paix grâce à son expérience.  Qu’on le fasse venir », recommande-t-il .

                                           Blaise Compaoré est visé par un mandat d’arrêt international

Par ailleurs, il précise qu’il ne doit plus être soumis à un jugement Ceux qui parlent du jugement de Blaise Compaoré,  c’est une autre injustice de plus.  C’est une aberration.  Le 11 juin 2012, il a été amnistié ainsi que tous les autres présidents avant lui. Et quand on est amnistié on ne peut plus être jugé.  Il peut venir librement.  Le chef de l’État, avant, pendant et après les élections, déclarait publiquement qu’il le ferait venir dans le respect », dit-il.  Il appelle également à la libération des prisonniers de la MACA pour une lutte encore plus efficace contre le terrorisme. « C’est inimaginable de voir des gens qui ont reçu une bonne formation et qui ont une compétence et une expérience,  qu’on garde en prison.  Ça,  c’est contre la Nation.  Qu’on les libère et qu’ils aillent au service de la nation en danger.» , peut-on-entendre.

Au de-là du problème sécuritaire,  la Rupture positive 3R compte apporter sa pierre à la résolution des problèmes liés   à l’économie, à l’éducation au chômage des jeunes et bien d’autres. Une tournée dans les différentes régions du pays est prévue dans les jours à venir afin de mieux cerner les difficultés que vivent au quotidien les Burkinabè.

 Par Théophile Oliélé BAYALA (www.burkinanews.info)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*