Lutte contre la flambée des prix et la contrefaçon : 2 964 commerçants  sanctionnés

Crédit Photo : Lefaso.net

La Brigade mobile de contrôle et de répression des fraudes (BMCRF) du ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat a fait le bilan des opérations de contrôle des prix et de la qualité menées entre janvier et mi-juillet 2021. C’était lors d’une conférence de presse,  jeudi 22 juillet 2021 à Ouagadougou.

Veiller au respect des prix et la qualité des produits de grande consommation ainsi qu’à leur disponibilité. Ce sont les raisons qui ont amené les structures de contrôle et de normalisation à faire plusieurs sorties sur le terrain entre janvier et juillet 2021. Les opérations menées consistaient à vérifier les documents commerciaux  que sont les déclarations préalables d’importation, les autorisations spéciales d’importation et exportation, le certificat national de conformité, le certificat de qualité, la facturation ainsi que les conditions d’exercer. Ainsi sur les 18 428 commerçants contrôlés, il ressort que 2 964 ont enfreint  à la réglementation en vigueur. C’est la raison pour laquelle ceux-ci ont été verbalisés. En effet, selon Yacouba Bila, coordonnateur de la Brigade mobile de contrôle  et de répression des fraudes, les contrôles effectués entre janvier et mi-juillet a permis de faire d’importantes saisies.

                    Les conférenciers ont détaillé les différentes opérations de contrôle menées sur le terrain

Il s’agit de 94 camions transportant 3 760 tonnes de céréales vers les pays voisins, 1 154 tonnes de fer à béton non conformes toutes catégories confondues, 109 371 feuilles de tôles non conformes,  2, 25 tonnes de produits alimentaires périmés, 38 995 litres de carburant frauduleux, 10 760 pagnes contrefaits imprimés aux motifs de Faso-danfani, 3 600 bidons de 20 litres de lubrifiants, 3574 pneus pour engins à deux roues importés frauduleusement, 2 837 tonnes de noix brutes de cajou, 986 cartouches de cigarettes de la fraude ; 690 bidons de 20 litres d’huiles alimentaires de la contrebande, 200 tonnes de pomme de terre illégalement importées, 400 tonnes d’engrais, 6 tonnes de graine de coton avarié et 78 litres de liqueurs frelatées.

Amendes et peines de prison comme sanction

Le coordonnateur de la BMCRF a indiqué qu’il y a des sanctions contre les contrevenants notamment des sanctions pécuniaires et pénales. « Les sanctions vont de 500 000 FCFA à 500 millions FCFA pour  certaines infractions et des peines privatives de libertés de 6 mois à 6 ans en fonction de l’infraction», confie-t-il. Concernant le suivi des stocks, Yacouba Bila a assuré que cela permettait de faire en sorte qu’il n’y ait pas de pénurie alimentaire.

             Le coordonnateur de la BMCRF, Yacouba Bila a appelé les populations à dénoncer les mauvaises pratiques

Pour ce qui est des produits du tabac et des boissons frelatés, il affirme que des dispositifs sont mis en place pour renforcer la règlementation en vigueur. Dans l’optique de mieux renforcer le contrôle, le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA) entend renforcer  les actions  à travers l’élaboration d’un cahier de charge sur les boissons sans alcool et énergisantes, fixer le prix des céréales locales… Il prévoir, par ailleurs, multiplier les contrôles pour faire respecter les prix fixés, les poids  et enfin maintenir la mesure de suspension de la délivrance des autorisations spéciales d’exportation des céréales.

Il a également lancé un appel aux consommateurs à l’effet de les aider dans leur travail : « Il va falloir que les populations s’impliquent pour accompagner ces structures à travers la  dénonciation ».

Par Youmanli Joël  THIOMBIANO (www.burkinanews.info)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*