Lutte contre la Covid-19 : Des volontaires licenciés réclament plus de 900 millions FCFA

Le trésorier de la délégation des volontaires, Yahia Kondabo

Une délégation des volontaires pour la riposte contre la Covid-19 a animé une conférence de presse, le jeudi 27 juillet 2021, à Ouagadougou. C’était l’occasion pour elle de manifester son mécontentement par rapport au licenciement sans préavis de centaine de volontaires.

Dès les premiers instants de l’arrivée de la Covid 19 au Burkina, des centaines de volontaires ont été mobilisés pour monter au front en appui au personnel soignant contre cette maladie. Ces derniers avaient été recrutés sur la base d’un contrat verbal avec le Centre  des opérations en réponse aux urgences sanitaires(CORUS).

Recrutés, formés et repartis en plusieurs équipes, ces volontaires assuraient la permanence de 8h à 18h et la garde de 18h à  h au niveau des points d’entrée de l’aéroport de Ouagadougou, dans les districts sanitaires ainsi que dans les différents postes d’entrée du Burkina Faso.

                                       Le trésorier de la délégation des volontaires, Yahia Kondabo

De la prise des températures en passant par la désinfection des domiciles, la  mise à disposition du gel hydro alcoolique, la vérification des tests PCR et la saisie des fiches de santé des voyageurs, ils œuvraient« sans relâche » pour repousser la pandémie à corona virus. Ce labeur a été répété durant« au moins une année » dans la vision d’être intégré très prochainement dans la Fonction publique puisque les volontaires sont des agents de santé sans matricule.

Convenu dès les premiers instants, le salaire mensuel était de 100 mille francs CFA. Mais nos volontaires verront peu à peu leur bulletin salarial dégringoler ainsi que le nombre de jour de travail se réduire sans motifs.  « De trois cent mille, nous sommes passés à soixante quinze milles francs et de 30 à 31 jours, nous sommes passés à 15 jours de travail », a regretté Yahia Kondabo, le trésorier de la délégation, accompagné lors de la conférence de presse de 123 volontaires. Il a ajouté que les arriérés de salaires s’élevaient à plus de 900 millions de francs CFA.

                                          Les hommes et femmes de médias lors des échanges

Par la suite, des centaines d’agents vont être remerciés par un arrêté paru le 30 mars 2021, prenant effet le 31 mars 2021, où les structures chargées de la lutte contre la Covid 19 ont été appelées à mettre  fin aux relations de travail qui les liaient avec l’arrêté N°2021-114/MS/SG/UGFC du 30 mars 2021. En voulant  comprendre ce qui se passait, les volontaires ont soumis des doléances à leurs chefs d’équipes pour être transmises à la hiérarchie. Mais force était de constater que leurs doléances n’ont pas trouvé satisfaction.

Aujourd’hui congédiés sans motifs et sans clause de bases qui étaient prévues, ces volontaires réclament une reconsidération à leur égard. « On n’a pas reçu de préavis de licenciement, ni des clauses de bases qu’on devait nous attribuer en tant que travailleurs parce que nous avons travaillé au minimum une année pour la  lutte contre le covid-19. On nous a licenciés avec des impayés de salaire, sans aucune communication », a dénoncé Toussiane Locodien, le délégué chargé à l’information.

Pour trouver d’autres alternatives, ils ont saisi l’Inspection de travail qui a dressé les procès verbaux individuels de non conciliation pour la suite des procédures qui se dérouleront devant le tribunal du travail de Ouagadougou dans  les jours à venir

Par Youmanli Joël THIOMBIANO (www.burkinanews.info)

1.Le trésorier de la délégation des volontaires, Yahia Kondabo

2.Les journalistes à la conférence de presse

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*