29.1 C
Ouagadougou
lundi 24 juin 2024

Tel - WhatsApp : +226 76 70 84 51

spot_img
spot_img
spot_img

Journée internationale des forêts 2023 : Les forêts et la santé au cœur de la célébration

Publié le

Ceci est me message du ministre de l’Environnement, de l’Eau et de l’Assainissement, Dr Augustin Kaboré, à l’occasion de la journée internationale des Forêts célébrée chaque année. L’édition 2023 est célébrée sous le thème : « Les forêts et la santé ». Elle « offre non seulement l’occasion de sensibiliser le public sur l’importante contribution des forêts au bien-être des populations dans le monde, mais aussi de mettre en relief les défis auxquels sont confrontées bon nombre des forêts, affirme le ministre Augustin Kaboré.

« Depuis 2012, l’Organisation des Nations-Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO) a institué, le 21 mars de chaque année, la Journée Internationale des Forêts afin de promouvoir l’importance des différentes fonctions des écosystèmes forestiers du monde. Cette année, face à l’ampleur de la déforestation et la perte de la biodiversité dans le monde, l’Assemblée Générale des Nations Unies a retenu de commémorer la journée sous le thème « les forêts et la santé ».

L’objectif affiché est de sensibiliser l’opinion sur la gestion durable, la conservation de nos écosystèmes et le développement durable des forêts pour leur valeur écosystémique inestimable. Cette célébration offre non seulement l’occasion de sensibiliser le public sur l’importante contribution des forêts au bien-être des populations dans le monde, mais aussi de mettre en relief les défis auxquels sont confrontées bon nombre des forêts.

C’est donc une opportunité pour réunir toutes les voix et encourager une plus grande participation publique aux activités liées à la restauration de nos forêts partout dans le monde. Partie prenante de diverses Conventions relatives aux forêts et engagé en faveur des Objectifs de Développement Durable dont l’ODD15 s’intitule : «  Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des sols et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité », le Burkina Faso se sent interpellé par cette journée qui en phase avec la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes (2021-2030).

En effet, selon les données de la Base d’Occupation des Terres (BDOT), la superficie totale des formations forestières connait une forte régression. L’extension des défrichements agricoles combinée à la demande croissante en bois énergie et au surpâturage dans un contexte de péjoration du climat, constitue les facteurs de cette une dégradation accélérée du couvert végétal.

Plusieurs dizaines d’espèces ligneuses sont aujourd’hui considérées comme très vulnérables aux changements du climat et des pratiques d’exploitation. Les menaces qui pèsent sur les espèces sont ressenties même dans les aires protégées. L’état actuel de dégradation de nos forêts et plus globalement de notre cadre de vie appelle, sans délai, à une mobilisation générale et à des actions concertées pour inverser la tendance de la dégradation de l’environnement et des ressources naturelles pour favoriser la résilience climatique et la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Conscient de cette responsabilité, le gouvernement du Burkina Faso a adopté et mis en œuvre plusieurs des politiques, des stratégies, des projets et programmes comportant des actions. Aussi, afin de s’assurer que les bénéfices issus des initiatives de protection, d’aménagement, d’exploitation des ressources environnementales profiteront à tous, ces mesures ont été complétées par des dispositifs institutionnels, juridiques et légaux.

C’est dans cette dynamique que des actions de protection, de restauration et de conservation sont mises en œuvre chaque année avec l’appui des services techniques et des partenaires au développement. Au titre d’initiatives, nous pouvons citer entre autres :

– l’institutionnalisation de la Journée Nationale de l’Arbre (JNA) le premier samedi du mois d’août de chaque année et dont la première édition a été célébré depuis 2019 ;

– la poursuite des campagnes annuelles de reboisement au cours desquelles six (6) millions de plants forestiers sont mis en terre ;

– la création de 16 nouveaux espaces de conservations d’une superficie de 79 175ha ;

l’immatriculation de douze (12) forêts classées en 2022 d’une superficie de 90 255, 725ha.

Je saisis l’occasion de cette Journée des Forêts reconnaitre et saluer à leur juste valeur, les efforts des femmes et des hommes, des ONG et associations, des partenaires techniques bilatéraux et multilatéraux qui s’investissement dans la protection et la restauration de nos forêts en proie à de multiples agressions et cela pour le bien-être des populations.

J’invite chacun à son niveau à maintenir, voire accentuer le rythme de plantation et d’entretien des arbres. La plantation d’arbres reste le moyen le moins onéreux pour faire face aux phénomènes liés au changement climatique. Je lance un appel à l’ensemble des acteurs afin que des dispositions fermes et énergétiques soient prises pour permettre une meilleure protection de nos plantations et de nos forêts.

Bonne célébration de la Journée Internationale des Forêts…

Que Dieu bénisse le Burkina Faso. »

Dr Augustin KABORE

Médaillé d’Honneur des Eaux et Forêts

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Publicité

spot_img

DERNIERS ARTICLES