Enterrement des restes de Thomas Sankara le 4 août prochain : L’UNIR-MPS marque son étonnement

Tombe de Thomas Sankara au cimetière de Dagnoën.

L’Union pour la Renaissance-Mouvement patriotique sankariste (UNIR-MPS) a animé une conférence de presse ce lundi 1er août 2022, à Ouagadougou. L’occasion a été belle pour Me Bénéwendé Sankara de réagir sur les rumeurs d’enterrement des restes de Thomas Sankara et de ses compagnons d’infortune le 4 août prochain.

L’Union pour la Renaissance-Mouvement patriotique sankariste (UNIR-MPS) est surprise des rumeurs sur l’enterrement des restes de Thomas Sankara et de ses 12 compagnons d’infortune le 4 août prochain. C’est, du moins, la réaction de Me Bénéwendé Sankara lorsqu’une question y relative lui a été posée. Celui qui est par ailleurs avocat de la famille Sankara a toutefois confirmé que des rencontres ont eu lieu entre la hiérarchie militaire et la famille de Thomas Sankara au sujet de l’enterrement des restes.

Me Bénéwendé Sankara explique d’ailleurs le scénario proposé par la hiérarchie militaire. « En tant qu’avocat, j’ai pu participer à des rencontres avec les familles, et également à une rencontre le 2 juillet, qui, pour la première fois, avait à l’ordre du jour « comment inhumer les restes et douze autres de ses compagnons ». Et c’était au bureau de garnison », a-t-il informé. « Nous avons tous été soulagés, et même satisfaits, de la façon dont on a présenté au niveau militaire, le scénario. On nous a dit que le président Thomas Sankara a droit à des funérailles nationales, avec un hommage national, qui doivent se faire à la Place de la Révolution, où toutes les troupes doivent défiler », a-t-il poursuivi. D’où sa surprise devant de telles rumeurs.

Selon Bénéwendé Sankara, les rumeurs sont d’autant plus infondées que face aux différentes propositions, la famille Sankara a demandé un temps pour réfléchir. « Si on les enterre le 4 août sans respecter la dignité des familles, un jour, on va les exhumer encore, et c’est ce que nous ne souhaitons pas », a-t-il prévenu. Malgré tout, si les choses se confirment, a-t-il averti, l’UNIR-MPS prendrait ses responsabilités.

Par Shady COULIBALY (www.burkinanews.info)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*