36.4 C
Ouagadougou
samedi 18 mai 2024

Tel - WhatsApp : +226 76 70 84 51

spot_img
spot_img
spot_img

Délestages intempestifs : les explications du DG de la SONABEL

Publié le

Le directeur général de la SONABEL, Baba Ahmed Coulibaly, était face à la presse, samedi 1er mai 2021 au siège de la nationale de l’électricité, Ouagadougou. En compagnie de ses proches collaborateurs, il a apporté des éclaircissements sur les perturbations de la fourniture de l’électricité dans cette période de canicule.

Si elles étaient particulièrement rares au début de cette période de canicule, les perturbations de la fourniture de l’électricité dans devenues assez fréquentes ces derniers jours. Aussi, elles ont parfois suscité la colère d’une partie de la clientèle.

C’est dans l’optique d’apporter des réponses que le directeur général de la SONABEL était face à la presse ce samedi 1er mai 2021. A en croire Baba Ahmed Coulibaly, les ruptures dans la fourniture de l’électricité sont dues à plusieurs facteurs. L’une des premières raison évoquées par le DG de la SONABEL est la sécheresse qui sévit au Ghana et en Côte d’Ivoire deux pays qui pourvoient de l’électricité à hauteur de 70%.

Des difficultés au Ghana et en Côte d’Ivoire

« Cette sécheresse a contraint ces deux pays à mettre à l’arrêt leurs centrales hydroélectriques. Au lieu donc de fournir 100 mégawatts, la Côte d’Ivoire n’arrive à fournir que 30 mégawatts au Burkina Faso », a expliqué Baba Ahmed Coulibaly. En sus, l’absence de production d’électricité au nord du Ghana l’a conduit à fournir l’électricité au Burkina Faso à partir du sud. Or, à partir du sud, l’électricité doit parcourir un plus long chemin avant d’arriver au Burkina Faso.

Ainsi, même si le Ghana produit plus d’électricité qu’il en a besoin, cet état de fait entraine des perturbations sur le réseau puisque ce pays ne fournit que 100 mégawatts au lieu de 150 mégawatts, comme prévu.

Des difficultés internes

En plus des difficultés au niveau de la Côte d’Ivoire et du Ghana, il y a d’autres contraintes au niveau interne. Baba Ahmed Coulibaly a ainsi évoqué la situation de la centrale de Kossodo. En effet, le DG de la SONABEL confie que le chantier de la nouvelle centrale de Kossodo prévue pour fournir 50 mégawatts supplémentaires est à l’arrêt à cause de la pandémie de COVID19. Et comme si cela ne suffisait pas, la centrale de location a également connu des difficultés techniques.

Mathématiquement, le déficit d’électricité est estimé à près de 200 mégawatts grande partie à cause des difficultés évoquées. Au regard de ces problèmes indépendants de la volonté de la SONABEL, le DG a demandé l’indulgence et la compréhension des Burkinabè. Aussi a-t-il rassuré, la situation est passagère puisque les choses devraient aller de mieux en mieux avec la saison des pluies qui s’annonce.

Bientôt la fin

« La saison des pluies n’est pas celle qui va venir résoudre tous les problèmes. Personne ne fait sa planification en attendant la pluie parce que tout le monde sait que c’est un phénomène aléatoire. Mais la pluie est un phénomène qui va venir aider à résoudre le problème », assure-t-il.Et de rappeler que quand il y a de la pluie, les centrales hydroélectriques de la Côte d’Ivoire et du Ghana actuellement à l’arrête entreront en fonction. Ainsi, cela pourra permettre au Burkina de bénéficier de plus de mégawatts pour faire face à ses besoins en électricité.

« Mais aujourd’hui, nous sommes à mesure de couvrir la charge, parce qu’on avait une prévision avec beaucoup de marge. Si la situation se stabilise chez les voisins et chez le fournisseur de notre centrale de location, la charge sera totalement couverte », foi du directeur général de la SONABEL.

La question de savoir pourquoi la SONABEL n’a pas assez communiqué, Baba Ahmed Coulibaly évoque comme raison le caractère aléatoire des événements, notamment les pannes qui peuvent survenir dans les autres pays. Toute chose qui fait que la nationale de l’électricité  ne pourrait fournir un calendrier de coupures.

« Par exemple hier, la SONABEL a eu du mal à fournir l’électricité parce que la Côte d’Ivoire et le Ghana avaient des soucis techniques, alors que ce weekend jusque peut-être au lundi 3 mai, les clients ne devraient pas connaitre de coupure d’électricité, la situation étant revenue à la normale dans ces deux pays », explique-t-il.

Et d’indiquer que tous les clients au moment il parle sont alimentés. La cause de cette coupure est, confie-t-il, dû à un déclenchement du réseau de la Côte d’Ivoire et du Ghana. Des situations que personne ne peut prévoir. Malgré ces difficultés et l’impact du COVID-19, Baba Ahmed Coulibaly assure que cette année devrait être la dernière en ce qui concerne ces les difficultés dans la fourniture de l’électricité.

Par Jonathan Yiyéawou BAZIEMO (www.burkinanews.info)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Captcha verification failed!
Le score de l'utilisateur captcha a échoué. Contactez nous s'il vous plait!

Publicité

spot_img

DERNIERS ARTICLES