Décision Réinhumation Sankara au Conseil de l’Entente : « Nous ressentons ce refus comme la seconde Mort de Thomas », Famille Sankara

La famille de Thomas Sankara s'insurge contre le choix du Conseil de l'Entente pour la réinhumation des restes de leur proche

Le 3 février dernier, le gouvernement informait l’opinion de sa décision de réinhumer « les restes mortels du président Thomas Sankara et de ses 12 compagnons assassinés le 15 octobre 1987 sur le site du Mémorial Thomas Sankara, ex-Conseil de l’Entente. Ce jeudi, la famille de l’ancien président a marqué son désaccord quant à cette décision. Lors de la déclaration lu au domicile familiale au quartier Bilalogho à Ouagadougou, la porte-parole de la famille, Blandine Sankara, a demandé au capitaine Ibrahim Traoré de suspendre « cette réinhumation au Conseil de l’Entente » qui s’apparenterait à « la seconde Mort de notre époux, de notre père, de notre frère ».

Appel solennel de la famille Sankara pour une demande de Grâce Présidentielle afin que les restes du président Thomas Sankara ne soient pas réinhumés au Conseil de l’Entente.

Le caractère solennel, sacré et l’urgence du moment recommandent que nous nous adressions à vous, Monsieur le président de la Transition, au peuple burkinabè et à l’opinion internationale pour demander une grâce présidentielle. Nous cherchons simplement à inhumer dignement pour la première fois celui-là même qui est fils, père, époux et frère. Permettez que ce soit possible aujourd’hui, ce qui n’a pas pu l’être, il y a 35 ans. Nous voulons enterrer Thomas pour enfin faire notre deuil et que son âme repose en paix.

Notre famille est en train de subir encore une dure épreuve, celle de voir inhumer Thomas contre notre volonté à l’endroit où il a été trucidé, c’est à dire au Conseil de l’entente. Nous attirons votre attention qu’il n’est pas mort par accident, mais par un complot bien orchestré. Beaucoup d’autres meurtres ont été perpétrés à cet endroit, sans compter le nombre de personnes qui y ont subi des atrocités.

 

La famille de Thomas Sankara est contre le choix du Conseil de l’Entente pour la réinhumation des restes de leur proche

Nous ne serions pas en train d’évoquer ce problème à l’attention du peuple si possibilité nous avait été donnée d’avoir un contact et de parler de cette question avec Monsieur le président de la Transition qui avait bien voulu respectueusement demander aux familles de proposer un lieu pour les ré-inhumations des restes de leurs proches. Hélas, ce choix n’a pas été accepté par les personnes chargées des ré-inhumations ! A notre grande surprise, le Conseil de l’Entente, lieu qui avait toujours été écarté, est retenu par ces derniers pour l’ensevelissement des restes de Thomas.

Nous avions souhaité que la scène du crime qui est le Conseil de l’Entente reste intacte pour l’Histoire et conservée pour la mémoire des générations actuelles et futures. Depuis la gestation de l’idée du Mémorial, nous avions également insisté sur la pertinence de la préservation de ce lieu pour la mémoire des martyrs du 15 octobre 1987. Toutes nos nombreuses tentatives de résolution de la question (tentatives de joindre le président de la Transition, les propositions pour arriver à un consensus, sont restées sans réponse).

La porte-parole de la famille, Blandine Sankara

Nous, la famille de Feu le président Thomas Sankara, nous nous sentons écrasée par la force de la Puissance publique qui a décidé contre notre souhait de la ré-inhumation, au Conseil de l’Entente, des restes de notre époux, notre père, notre frère.

Au nom de votre autorité morale objective et unanimement reconnue en tant que président de la Transition, au nom de votre humanisme, nous vous demandons solennellement de faire suspendre cette ré-inhumation au Conseil de l’Entente.

Notre souhait est que les restes soient ramenés à Dagnoen où ils ont été exhumés, ou à défaut, au Jardin de l’Amitié au bout de l’avenue Thomas Sankara ou encore au Jardin Yennenga.

Monsieur le Président, vous êtes notre dernier recours contre l’arbitraire qui nous écrase et nous ressentons ce refus comme la seconde Mort de notre époux, de notre père, de notre frère.

Nous sommes avec vous pour la restauration de la Paix dans notre pays.

Ouagadougou, le 16 février 2023

– Mariam Sankara (Epouse)

– Philippe Sankara (Fils)

– Auguste Sankara (Fils)

– Frères et Sœurs de Thomas Sankara

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*