Criminalité urbaine : trois réseaux de malfaiteurs arrêtés dans les filets de la Police nationale

Les malfrats opéraient dans la banlieue nord de Ouaga entre Yagma, Pabré, Tampouy et Kamboisin

Une arme de type kalachnikov, six (06) pistolets automatiques, des munitions et des engins à deux roues sont entre autres objets saisis des mains de trois (03) réseaux de présumés délinquants démantelés par le Commissariat central de police de la ville de Ouagadougou (CCPO). Composés de plus d’une dizaine d’individus, ces trois (03) groupes de présumés délinquants s’étaient spécialisés dans la commission de plusieurs infractions, dont les agressions et vols à main armée, les cambriolages, la détention illégale d’armes à feu et le recel.

 

Relativement à leur mode opératoire, le premier groupe évoluait dans

Les malfrats opéraient dans la banlieue nord de Ouaga entre Yagma, Pabré, Tampouy et Kamboisin

plusieurs quartiers de la ville, notamment dans la zone du projet ZACA, la Patte d’oie, Ouaga 2000, et Tampouy. Ses membres ciblaient et filaient leurs victimes, généralement celles circulant sur les engins à deux roues, jusqu’à un endroit favorable. Ils les y immobilisaient de manière violente et les dépouillaient de tous leurs biens.

S’agissant du deuxième groupe, ses membres opéraient dans les quartiers comme Kamboinsin, Wapassi, Yagma et dans la commune de Pabré. Certains membres étaient chargés de procéder à la reconnaissance de lieux susceptibles d’être attaqués, faisaient le guet pour s’assurer que toutes les conditions étaient réunies et alertaient les autres membres. Ces derniers surgissaient sur les lieux, tenaient en respect toutes leurs victimes, les dépossédaient de tous leurs biens avant de s’évaporer dans la nature.

Suivant un mode presqu’identique au deuxième groupe, les membres du troisième groupe écumaient les populations de Karpala, Rayongo et la commune de Saaba. Il est à noter que ce résultat est l’aboutissement d’une synergie d’actions entre le CCPO et la Brigade anti-criminalité (BAC), en collaboration avec une Structure communautaire locale de sécurité (SCLS) et les populations.

Un aperçu des armes avec lesquelles opéraient les malfrats

La Police Nationale saisit l’occasion pour réitérer ses remerciements à toutes les populations qui ont contribué à l’atteinte de ce résultat. Elle tient par ailleurs à renouveler son invite à l’ensemble des citoyens à plus de prudence et de vigilance dans leurs déplacements surtout nocturnes.

En rappel, les numéros verts que sont les 17, 16 et 1010 sont toujours à leur disposition pour signaler les cas suspects.

La Police Nationale, une force publique aux services des citoyens !

Burkinanews.info

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*