Accusation contre le Maroc : L’incroyable CSC de Abdelmadjid Tebboune !

Dans sa « guerre ouverte » contre le Maroc, le président de la République algérienne Abdelmadjid Tebboune a formulé une nouvelle accusation abracadabrantesque qui prête à sourire : le Maroc tenterait de saper le moral du coach de l’équipe d’Algérie.

 Le président algérien a accusé, dans une interview accordée ce vendredi 26 novembre à la presse de son pays, « des éléments de l’intérieur et des parties étrangères en provenance de cette direction (l’ouest, pour signifier le Maroc, ndlr) de saper le moral de Djamel Belmadi». « Ils ont mobilisé leur sites électroniques » contre l’entraineur de l’équipe de football de l’Algérie. Pour eux « l’essentiel est de créer, par tous les moyens, des problèmes à l’Algérie », a renchérit Tebboune

Cette accusation fallacieuse, sortit tout droit de l’imagination d’individus manquant de créativité, prête à sourire mais surtout mérite une analyse. Si le Maroc tentait des manœuvres contre l’équipe nationale d’Algérie comme le déclare le chef de l’Etat de l’Algérie, pourquoi la Fédération algérienne de Football (FAF) n’a pas déclaré cela officiellement et notifié les instances du football continental et mondial que sont la FIFA et la CAF ?

On peut aisément s’imaginer que si l’Algérie avait des preuves de tentatives de déstabilisation de la part du Maroc, l’instance faîtière du football algérien aurait été prompte à réagir.  Comment peut-on décemment expliquer que le chef de l’Etat algérien se plaigne de soi-disant actes hostiles alors même que les instances du football algérien n’ont jamais communiqué sur ce sujet ?

Aussi, il faut se souvenir qu’il y a quelques semaines, l’équipe d’Algérie de football s’est rendue au Maroc à Marrakech en septembre dernier pour affronter le Burkina Faso dans un match des éliminatoires pour les qualifications à la Coupe du Monde. Le match devait se jouer au Maroc en raison de la non-conformité du stade burkinabè aux normes de la Fédération internationale de football (FIFA).

Dans ce contexte, Fouzi Lekjaa Président de la FRMF avait déclaré que « Le peuple marocain, la Fédération marocaine, et l’ensemble des installations sportives marocaines sont à la disposition de l’entraîneur de la sélection algérienne Djamel Belmadi et ses joueurs ». D’ailleurs, les déclarations des Algériens lors de leur séjour au Maroc montrent qu’ils étaient très heureux de venir y disputer un match. Belmadi, le sélectionneur algérien, avait vanté la qualité de la pelouse sur laquelle sont équipe avait joué, et ce alors qu’il critique régulièrement le terrain Mustapha Tchaker (qui sert de stade pour les matches de l’équipe nationale de l’Algérie à domicile).

Plus récemment, sur le plateau de télévision d’une émission sportive algérienne, l’un des invités avait déclaré, concernant l’idée d’un pays organisateur de la CAN en cas de non organisation du Cameroun : « Le Maroc. Regardez leurs terrains. Ils sont bons, bien entretenus. Et même en cas de pluies, leurs pelouses sont praticables ».

Il semble donc qu’au niveau algérien seul le chef de l’État réussit à trouver des griefs au niveau du football contre le Maroc : bienvenue à El Mouradia Comedy Club.

Correspondance particulière

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*