2e mandature du Haut conseil du dialogue social : 30 faiseurs de paix installés

Pendant 3 ans, les 30 conseillers travailleront à prévenir et à régler les différents conflits

La première session ordinaire de la deuxième mandature des membres du Haut conseil du dialogue social (HCDS)  se tient du 26 juillet au 9 août 2021 à Ouagadougou sous le thème : « Le HCDS et les réformes des politiques publiques en cours dans un contexte de réconciliation et de cohésion sociale». Cette session marquait le top de départ des activités pour les   nouveaux conseillers de la deuxième mandature de ladite structure.

Après un premier mandat échu,  le Conseil des ministres a procédé à la nomination de nouveaux conseillers et au renouvellement des mandats de certains,  suivant respectivement le décret 2021-0708/PRES/PM//MINEFID / MFPTPS en date du 7 juillet 2021 et le décret 2021-0740/PRES/PM//MINEFID / MFPTPS  en date du 13 juillet 2021. Au nombre de 30, ceux-ci ont officiellement été installés dans leur fonction ce lundi  26 juillet 2021. C’était au cours de la première journée de la première session ordinaire de la 2e mandature des conseillers du HCDS prévue pour prendre fin le 9 août prochain. Il s’agira, au cours de cette session,  de mettre  tous les conseillers au même niveau de compréhension sur l’historique de la création du HCDS,  sur la notion de dialogue et sur les techniques de négociation.  « cette session est une tribune de  partage d’informations et de réflexion sur les problématiques du moment,  notamment sur les réformes annoncées du système éducatif,  sur la réconciliation nationale et sur le nouveau référentiel national de développement en cours d’élaboration »,  a fait savoir le président du HCDS, Domba Jean Marc Palm.

       Le président du HCDS, Domba Jean Marc Palm (g), a invité les 30 nouveaux conseillers à mouiller le maillot

Pour le ministre de la Fonction publique,  du Travail et de la Protection sociale, Séni Mahamadou Ouédraogo,  le rôle du HCDS dans la pacification des relations professionnelles n’est plus à démontrer.  L’apport du HCDS est, de son avis, incontournable dans la prévention et la résolution des conflits.  « Les efforts de tous les acteurs œuvrant pour la promotion du dialogue doivent être conjugués en vue d’instaurer un climat social apaisé, gage d’un développement socio-économique prospère de notre pays », a-t-il dit en précisant que les départements ministériels, notamment le sien,  doivent renforcer leur collaboration,  à l’effet d’entreprendre et de coordonner leurs actions en faveur de la promotion du dialogue social.  Pour lui,  cette 2e mandature du HCDS qui s’installe laisse entrevoir des réponses adéquates aux préoccupations du monde du travail.  « Je fonde donc l’espoir que les actions qui seront menées aient un impact tangible et positif sur la culture du dialogue social dans notre pays », a-t-il souhaité.

          Pendant leur mandat de 3 ans, les 30 conseillers travailleront à prévenir et à régler les différents conflits

En rappel, les 30 conseillers sont désignés par composante dont 10 au titre du gouvernement, 10 au titre des organisations professionnelles d’employeurs et 10 autres au titre des organisations syndicales des travailleurs.  Ils auront pour mission durant leur mandat de 3 ans, la prévention et le règlement des conflits dans tous les domaines d’activités y compris le secteur informel.  Et cette  1re session ordinaire  marque le début de mandat pour ces faiseurs de paix.

Par Théophile Oliélé BAYALA (www.burkinanews.info)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*